L’Aïkido

L’Aïkido a été fondé au Japon par Morihei Ueshiba en 1925. Né le 14 décembre 1883, il était de santé fragile et fut très tôt attiré par la religion.

A Tokyo, il étudie le Ju-Jitsu, et notamment les techniques de l’École Kito, sous la direction de Maître Tozawa. Parallèlement, il pratique le Ken-Jutsu (sabre) dans un dojo de Shinkage Ryu (Ecole Shinkage). Il suit un entraînement intensif et se rend à Sakai pour étudier le sabre de l’Ecole Yagyu sous la direction de Maître Nakaï.

En 1903, Morihei Ueshiba s’engage dans l’armée et devient expert en Juken-Jutsu (combat à la baïonnette) pendant la guerre contre la Chine. Au cours d’un voyage en 1915, il rencontre le grand Maître de l’Ecole Daïto : Sokaku Takeda qui lui enseigne les techniques secrètes de Daitoryu. Rapidement Morihei Ueshiba ouvre un dojo et invite le Maître Takeda.

En 1919, il rencontre Maître Wanisaburo Deguchi et après la mort de son père, survenue le 2 janvier 1920, Maître Ueshiba s’installe à Ayabe, dans le temple de l’Omoto-Kyo, pour d’étudier sous la direction de Wanisaburo Deguchi qui fut pour lui un maître spirituel. Celui-ci quitte le Japon le 13 février 1924, avec quelques disciples dont Maître Morihei Ueshiba, avec l’intention utopique de bâtir en Mongolie, où s’affrontaient les armées chinoises et japonaises, un « Royaume de la Paix ». Ils échouèrent dans leur tentative et furent prisonniers des armées chinoises pendant plusieurs mois.

De retour au Japon, Maître Ueshiba reprend ses recherches Spirituelles et sur le Budo, c’est à cette période qu’il entrevoit ce qui sera par la suite sa philosophie pacifiste dans laquelle il n’est plus question de vaincre un adversaire mais de tenter d’acquérir une harmonie avec un partenaire et de manière plus générale avec l’humanité.

L’Aïkido né en 1925 des suites du cheminement de Maître Ueshiba dont le nom est rapidement connu. Il s’installe en avril 1931 à Wakamatsu-cho (un quartier de Tokyo), dans un dojo nommé Kobukan.

Pendant la seconde Guerre Mondiale, Maître Ueshiba se retire à Iwama, à 120 kilomètres de Tokyo, où se trouve actuellement le sanctuaire de l’Aïkido (Aïki Jinja). Ce n’est qu’en 1948 que le dojo de Tokyo put rouvrir, les arts martiaux ayant été interdits par les américains à la fin de la guerre. C’est à cette date que le dojo pris le nom actuel d’Aïkikaï. L’Aïkido tire sa forme moderne de cette période.

Dans les années 50 et 60, Maître Ueshiba laisse l’enseignement à ses meilleurs disciples qui créent de nombreux dojos à travers le monde et contribuent ainsi à son développement. Son fils, Kisshomaru Ueshiba devient Directeur Général de la Fondation Aïkikaï en 1967.

Maître Ueshiba s’éteignit le 26 avril 1969